Accueil familial

Nous accueillons votre enfant de 2,5 ans à 12 ans dans une ambiance familiale. Les enfants sont originaires des environs et l'école est un vecteur de relations humaines. Les familles tissent aisément des liens entre elles et, grâce à cela, les arrangements et autres facilités se créent facilement.

Notre école a fait le choix de considérer les parents comme un partenaire de qualité pour permettre à l'enfant de grandir. Vous avez, chers Parents, une place réservée dans les différents "organes" de l'école et ceux-ci permettent à chacun de trouver sa place.

Nous mettons tout en œuvre afin que votre enfant rentre, avec bonheur, dans la grande famille du Collège St-Etienne.

Savoirs et apprentissages

Nous désirons construire les savoirs et les compétences (savoir-faire et savoir-être) avec votre enfant dans un esprit d’émulation (compétition de lui avec … lui-même).

Les enseignants se forment à la gestion mentale depuis plusieurs année. Celle-ci doit permettre à votre enfant de travailler dans sa tête pour comprendre comment il fonctionne et ainsi répondre à ses besoins. Grâce à cet outil, il pourra exercer sa mémorisation

Les enseignants mettent en place pour chaque enfant une méthode de travail afin de les outiller maintenant et pour le secondaire.

Le travail en cycles , construit à certains moments, permet à l’enfant de progresser à son rythme

La remédiation pour les matières non acquises et le dépassement rendent les apprentissages plus respectueux.

Nous structurons les documents, les fardes, les synthèses.

La docimologie offre chaque année un suivi de qualité et un regard pluriel, enrichi par les expériences précédentes, sur le travail de l'enfant. Tous les enseignants participent à cet échange pour le voir grandir harmonieusement.

Enfin, les défis permettent aux enfants de se dépasser et de leur faire utiliser toutes les compétences acquises.

A la lumière du Christ

Nous sommes une école confessionnelle et à ce titre, nous offrons une place privilégiée au message chrétien.

Cette place existe évidemment lors des célébrations religieuses, lors des actions caritatives ou humanitaires, lors de nos cours de religion, … mais aussi et surtout, à chaque moment de la journée.

Nous ne désirons pas évangéliser mais vivre en chrétien : donner du sens à notre vie, la mettre debout, ensemble enprenant soin de chacun.

C’est dans le 4 ème chapitre de notre projet d’établissement que vous retrouverez nos actions et il nous permet d'animer les 3 autres et ce, à la lumière de l’évangile.

Esprit sportif

Dans notre école, nous n’avons pas un cours de gymnastique … mais bien d’éducation physique.

Nous valorisons le sport pour qu’il ait sa place. L’enfant a besoin d’une hygiène sportive pour se développer globalement.

Nous regroupons les heures d’éducation physique (2Χ50min) afin de permettre un travail de qualité (échauffement, activités diversifiées, retour au calme et stretching).

Nous travaillons leur alimentation, l’esprit d’équipe, le fair-play, le sens de l’effort, le goût d’une pratique sportive régulière et leur épanouissement.

Nous organisons des initiations à l'escalade, au tennis, à d’autres sports moins connus,…

Il participent aux jeux de la forme, à un cross inter-écoles, à des journées sportives, à une marche, …

Sur le temps du midi, afin d’éviter de perdre du temps, les enfants participent à un cours de natation par groupes de 2 classes.

Néerlandais


Néerlandais

De la 2 ème maternelle à la 6 ème primaire, nous avons décidé d’initier et de donner le goût du néerlandais à nos élèves.

Nous pensons qu’il est indispensable d’ouvrir l’oreille de l’enfant à une seconde langue dès la maternelle.

Nous continuons en primaire cet apprentissage par le plaisir de communiquer en donnant une place privilégiée à l’oral.

Au 10/12, les élèves de 5 ème correspondent avec une classe néerlandophone de Beernem et en 6 ème, des journées de rencontre sont organisées afin de placer chaque enfant en situation de communication dans sa seconde langue.

Nous avons réservé 2 locaux destinés à ces cours pour que l’enfant comprenne qu’il rentre dans une autre sphère où la langue est le néerlandais.

Cette manière de procéder respecte chaque enfant tout en lui ouvrant des portes pour son avenir.

Environnement

Chaque année, nous vivons en classe ou en cycles des projets qui permettent de sensibiliser l’enfant à son environnement. Ceux-ci doivent le mener à respecter son milieu à chaque moment, comme une bonne habitude à prendre…une fois pour toutes.

Ces projets vont du recyclage (présent à l’école), à une fontaine d’eau courante, à des projets sur la rivière, les grenouilles, les plantations, l’entretien de la mare et du jardin, …

C’est par une prise de conscience individuelle et collective que nous pourrons offrir un monde respectueux à nos élèves.

Citoyenneté responsable


Citoyenneté responsable

Nous avons construit dans chaque classe un conseil qui alimente le forum de chaque site. Nous participons au conseil communal des enfants pour continuer à donner du sens à notre projet d’école.

Les projets, élaborés en classe, sont présentés par 2 enfants au forum qui les autorise ou non à les réaliser. La présence des enseignants et du directeur donne de l’importance à ces décisions.

Nous voulons, aussi souvent que possible, placer l’enfant, les représentants, la classe dans une situation responsable. Les projets seront portés par les enfants, évalués, améliorés ou bloqués… si nécessaire. Ils doivent apprendre les limites en les vivant. Un projet qui n’arrive pas à son objectif peut être bénéfique si on en tire des leçons.

Nous prônons l’apprentissage de la vie par une prise de responsabilités dans un cadre bien défini.

Respect et règle de vie


Respect et règle de vie

Nous avons élaboré des règles qui se trouvent dans le règlement d’ordre intérieur du fascicule et avons construit avec les enfants des règles lors de chaque forum. Ces règles de vie offrent un cadre indispensable aux élèves.

Au plus nous aurons construit avec lui un sentiment d’appartenance, au plus le respect des lieux, des autres enfants, des adultes se fera convivialement.

Le groupe C. N.V. (Communication Nouvelle et Vivante) nous aide à mettre en place ce respect individuel et collectif. L’enfant comprend mieux comment il doit communiquer et donc se respecter. Le projet du bonhomme grandit de la 1 ère maternelle à la 6 ème année.

Dans le cadre du respect de son corps, des projets sont déjà actifs dans l’école (petit déjeuner, cartable, collations, …). Nous allons développer 24 heures de la vie de l’enfant (sommeil, t.v, … ) pour lui offrir une qualité de vie encore plus importante et ce, avec l'Association des parents, le P.M.S., le P.S.E., ...

Autonomie

Dès le plus jeune âge, nous poussons l’enfant à devenir autonome. Il est indispensable de lui laisser de l’espace pour construire son autonomie et pour l’amener à s’auto-évaluer, à se construire sa méthode de travail et organiser son travail à domicile.

Cette alchimie ne peut se mettre en place que si un climat de confiance est présent au jour le jour.

Chaque autonomie étant différente, l’enseignant construit cet espace de liberté avec votre enfant.

Voilà une compétence qui demande du temps, de l’espace, de la patience et de la rigueur !

Communication Nouvelle et Vivante (CNV)

Accès direct aux sujets :

Introduction.

Depuis 2002, un groupe d’enseignants et de parents suit des formations en Communication Non Violente pour apprendre aux enfants à communiquer et à gérer leurs conflits autrement. Des animations sont réalisées dans des classes et ont abouti cette année à la constitution d'un groupe d'enfants médiateurs.

Le groupe peut intervenir à la demande (d’un élève, de parents ou d’un enseignant) pour gérer un conflit, un différend ou un malaise :

  • avec un élève
  • entre un groupe d’élèves
  • au sein du « groupe classe ».

Composition de l’équipe  :Bénédicte Depoorter, Delphine Dupuis, Brigitte Rezsohazy, Anne-Marie Vandereecken , Anne-Frédérique Trigalet, Barbara Fiasse, Bérangère Desmedt, Daphné Reiniger, Catherine Breckpot, madame Françoise et monsieur Brison.

Qu'est-ce que la Communication Non-Violente?

"Un art de vivre avec soi-même et les autres"

La Communication Non-Violente (CNV) est un processus de communication qui renforce notre aptitude à conserver nos qualités de coeur.

Ce processus a été créé par Marshall Rosenbergh, docteur en psychologie clinique, directeur de formation du "Center for Non-Violent Communication", et auteur du livre :"Les mots sont des fenêtres (ou des murs)".

L'objectif de cette démarche est de favoriser des relations basées sur l'authenticité pour que les besoins de chacun soient reconnus et puissent être satisfaits.

A ce titre, la CNV s'avère un précieux outil de prévention de la violence en milieu scolaire.

Elle nous invite à fixer notre attention sur 4 éléments :

  1. l' observation de la situation (sans jugement, sans évaluation);
  2. les sentiments qu'éveille cette situation;
  3. découvrir et exprimer nos besoins - comblés ou non-comblés - qui sont liés à nos sentiments;
  4. formuler une demande concrète, positive et réalisable pour satisfaire nos besoins et/ou les reconnaitre;

L'objectif de la CNV selon Marshall Rosenberg :

     

Exprimer avec clarté ce qui se passe en moi sans faire de
reproche ni de jugement

1. les observations de ce qui contribue ou non à mon bien-être

2. Comment je me sens en relation avec ces actions.

3. les besoins qui sont à l'origine de mes sentiments

"Lorsque je vois (entends)...je me sens... parce que j'ai besoin..."

Exprimer mes demandes clairement et sans qu'il y ait d'exigence

4. les actions concrètes que je voudrais voir entreprises

"et j'aimerais que tu.../que vous..."

 

Recevoir avec empathie ce qui se passe en l'autre sans entendre
critique ni reproche

1. Les observations de ce qui contribue ou non à son bien-être

2. Comment elle/il se sent en relation avec ces actions

3. Les besoins qui sont à la source de ses sentiments

"Lorsque tu vois (entends)... est-ce que tu te sens... parce que tu as besoin... "

Recevoir avec empathie les demandes de l'autre sans entendre
la moindre exigence

4. Les actions concrètes qu'elle/il voudrait voir entreprises

"et souhaiterais-tu que je...?"

© 1966 Marshall B. Rosenberg
Tous droits réservés

"La CNV suscite qualité d'écoute, respect et empathie et fait naître un courant de générosité réciproque"

Le but de la CNV est de susciter une compréhension empathique de la part des diverses personnes en présence, de sorte que les besoins de chacun soient satisfaits par des actions uniquement inspirées par l'élan de servir la VIE.

Liste des sentiments de base

<tr">Tristeseul, impuissant, sur la réserve, débordé, mécontent, malheureux, blessé, abattu, accablé, découragé, en détresse, en détresse, déprimé, consterné, démoralisé, désespéré

Content heureux , excité, joyeux, satisfait, ravi , plein de courage, reconnaissant, confiant, inspiré, soulagé,  rassuré,  rassuré, touché, épanoui, gonflé à bloc, fier
Gai énergétisé, ravigoré, enjoué, enthousiaste, plein d'entrain, d'humeur espiègle, stimulé, rafraîchi, plein de vie, vivifié, exubérant, exubérant, aventureux, émoustillé, pétillant
En paix tranquille, calme, paisible, content, absorbé, concentré, en expansion, satisfait, serein, détendu, relaxé, relaxé, béat
Plein d'amour chaud, amical, sensible, plein d'affection,   .....d'appréciation,  ..  ...de tendresse,  ......de compassion, reconnaissant, nourri, en confiance, ouvert, ouvert, émerveillé, proche
Fatigué épuisé, inerte, léthargique, indifférent, ramolli, las, dépassé, impuissant, lourd, endormi, saturé, saturé, rompu
Apeuré craintif, alarmé, anxieux, inquiet, tendu, sous pression, sur ses gardes, qui a la trouille, effrayé, terrifié, terrorisé, terrorisé, paniqué, horrifié, angoissé, bloqué
Fâché en colère, enragé, exaspéré, (fou) furieux, hors de soi, agité, agacé, contrarié, nerveux, irrité, qui en a marre, qui en a marre, pessimiste, plein de ressentiment, dégoûté, écoeuré
Confus perplexe, hésitant, troublé, inconfortable, embrouillé, tiraillé, partagé, déchiré, embarrassé, embêté, mal à l'aise, mal à l'aise, méfiant, coincé
Et encore... fragile, vulnérable, démuni, surpris, étonné, décontenancé, ébahi, sidéré, ahuri, curieux, intrigué, intrigué, impatient

Mots employés comme sentiments mais qui sont en réalité des jugements que l'on porte sur soi ou des interprétations de ce que l'autre nous fait :

abandonné, étouffé, largué, pas vu, acculé, floué, manipulé, piégé, arraché, foulé aux pieds, materné, piétiné, attaqué, harcelé, minable, protégé, bête, humilié, menacé, rabaissé, blâmé, ignoré, méprisé, refait, bluffé, inadéquat, mis en cage, rejeté, coupable, incompétent, mis sous pression, ridiculisé, déconsidéré, incompris, négligé, sali, délaissé, indigne, négligé, sans valeur, détesté, insulté, nul, stupide, dévalorisé, intimidé, pas accepté, surmené, dominé, invisible, pas aimé, trahi, dupé, isolé, pas cru, trompé, écarté, jeté, pas entendu, utilisé, écrasé, jugé, pas important, vaincu, escroqué, laissé pour compte, pas voulu, ,

 

A quoi sert la CNV ?

Elle nous aide à rechercher la satisfaction de nos besoins (ou en tout cas à les reconnaître) et à en faire autant pour ceux d'autrui :

    • être en accord avec nous-mêmes,
    • développer une clarté par rapport à ce que nous vivons, à ce que nous voulons et à ce que nous disons,
    • diminuer le stress de notre vie quotidienne,
    • nous ressourcer par rapport à des situations difficiles,
    • créer davantage d'harmonie et de sécurité dans nos relations avec les autres,
    • désamorcer et transformer l'agressivité et la colère,
    • gérer les conflits en recherchant la satisfaction de toutes les parties en cause,
    • mieux écouter et comprendre l'autre,
    • prendre position avec précision et authenticité,
    • apprendre à dire "non" et à entendre un "non",
    • sortir du silence.

Apprendre à gérer les conflits…

Ce n’est pas… Ce serait…
  • Supprimer les disputes;
  • Transformer les enfants en petits anges;
  • S'immiscer dans la vie intime des enfants
  • Reconnaître en chaque enfant son potentiel d’écoute et de respect des autres et de lui-même
  • L’aider à en prendre conscience et à l’utiliser
  • Lui proposer des outils de réflexion sur la communication et son vécu relationnel;
  • Lui donner du vocabulaire pour exprimer clairement et justement son vécu par rapport à une situation conflictuelle;
  • C'est aider nos enfants à transformer une situation conflictuelle en expérience relationnelle positive!

Lectures proposées dans le cadre de la gestion positive des conflits :

Les mots sont des fenêtres ou des murs Marshall B. Rosenbergh , (Ed Jouvence 2000)
La communication non violente au quotidien Marshall B. Rosenbergh, (Ed Jouvence 2003)
Cessez d'être gentil soyez vrai ! Thomas d'Ansembourg , (Ed de l'homme2000)
L'intelligence émotionelle Daniel Goleman, (Ed Robert Laffont 2000)
Comment apprivoiser son crocodile Catherine Aimelet-Perissol, (Ed Robert Laffont2002)
Pleurs et colères des enfants et des bébés Aletha Solter, (Ed Jouvence 2002)
Comprendre les besoins de votre enfant Aletha Solter, (Ed Marabout 1993)
Le pouvoir du moment présent Eckhart Tolle, (Ed Ariane 2003)
Victime des autres, bourreau de soi-même Guy Corneau, (Ed Robert Laffont 2003)
Le pouvoir de l'empathie. Arthur P.Ciaramicoli, (Ed de l'homme 2000)
L'empathie, le pouvoir de l'accueil JP Faure-Celine Girardet, (Ed Jouvence 2003)
Le courage de la non violence Jean Marie Muller, (Ed du Relié 2001)
Le courage d'être soi Jacques Salomé, (Ed du Relié 1999)
Etre pleinement soi-même Jean-Jacques Crèvecoeur, (Ed Jouvence 2000)
Relations et jeux de pouvoirs Jean-Jacques Crèvecoeur, (Ed Equinoxe 1999)
Au coeur des émotions de l'enfant Isabelle Filliozat, (Ed JC Lattès 1999)
Négocier, ça s'apprend tôt Elizabeth Crary, (Ed Université de Paix 1997)
T'es toi quand tu parles Jacques Salomé, (Ed Albin Michel 1996)
Pratique de la communication non violente Wayland Myers, (Ed Jouvence 1999)
L'A.B.C. des émotions, Steiner Claude (Inter 2dition 2001)
Faire des adultes, Paul Osterrieth (Ed Psychologie et sciences humaines 1986)
Maîtriser la violence à l'école Lucien Piloz, (Ed De Boeck&Belin 1999)
La violence dans les écoles Jean-Luc Aubert , (Ed Odile Jacob 2001)
L'enfant, ni loup, ni agneau G.Deboutte, (Ed Erasme 1995)
Graines de médiateurs (Ed Université de Paix 2000)
Pour une éducation à la non-violence Jeanne Gerber, (Ed. Chronique Sociale 2000)
Jeux coopératifs pour bâtir la paix Mildred Masheder, (Ed Université de Paix 1989)
La colère cette émotion mal-aimée Serge et Carolle Vidal-Gaf, (Ed Jouvence 2002)
L'agressivité créatrice Dr George Bach Dr Herb Golberg, (Ed Actualisation 1999)
Prévenir conflits et violence M.J. Chalvin, (Ed Nathan pédagogie 1998)
Violence entre élèves, harcèlements et brutalités. Les faits, les solutions. Dan Olwens, (Ed Pédagogie- Recherche 1999)
La non-violence expliquée à mes filles J. Similin, (Ed Seuil 2000)
Pour une éducation non-violente - enjeux pédagogiques et sociaux Non Violence Actualités 1994, ()
La médiation Non Violence Actualités, ()
La médiation par les pairs Projet de l’Université de paix, ()

Site intéressant et à visiter : http://users.skynet.be/martine.marenne/index.html

Autre article parlant de la CNV : http://fr.wikipedia.org/wiki/Communication_NonViolente

Anne-Marie

 

Gestion mentale

Notre école a mis dans ses priorités la formation de ses enseignants à la pratique de la gestion mentale, et ce depuis plusieurs années. Suite aux quelques explications reçues ici et là, cela nous semble très bien en tant que parents ; avec un nom pareil, cela ne peut qu’être un plus pour nos enfants.

Avant la formation donnée par Mme Claire, je pensais avoir assez bien compris de quoi il retournait derrière ce vocable particulier, mais j’étais loin du compte. Rien de tel que de s’y essayer pour en découvrir toute la richesse.

« Apprendre » : rien de plus facile (ou difficile) me direz-vous. Mais comment est-ce que je fais pour retenir cela ? Pour comprendre ceci ? Untel me dira : « Cela rentre tout seul !» ; pour un autre, ce sera un parcours du combattant. En fait, cela ne se fait pas tout seul et le parcours du combattant pourrait se transformer en une promenade des plus agréables pour peu que l’on apprenne à se connaître.

Avant toute chose, pour apprendre, il faut en avoir envie, se mettre en projet. Pour « bien » apprendre, il faut aussi connaître l’objectif de l’apprentissage, quelle est la « restitution » qui va m’être demandée : est-ce que je vais devoir réciter par cœur telle poésie, expliquer à un autre tel théorème, comprendre la soustraction car elle me servira toute ma vie,…

Lorsqu’on se sent prêt (mais cela ne doit évidemment pas durer des années…), on passe par la phase de « perception » : regarder, écouter, toucher, sentir, bouger ; ce afin de s’approprier ce qui doit être appris. Une fois qu’on pense pouvoir le restituer ainsi que cela a été demandé, on ferme les yeux, le cahier,…

C’est alors qu’intervient tout un processus mental dont on ne se rend pas compte en tant qu’adulte car il est devenu automatique. Des images, des sons se forment dans la tête, ou encore on se sent en mouvement ; des liens logiques sont faits ; on se raconte une histoire ;… bref une série de processus permettant l’encodage à plus ou moins long terme qu’il serait bien trop long et trop difficile à expliquer pour la néophyte que je suis.

Il ne faut surtout pas oublier de vérifier que l’on connaît effectivement et si nécessaire repasser par la perception pour ce qui ne serait pas encore au point.

Ce qu’il est important de retenir à propos de la gestion mentale est que chacun va avoir une préférence pour certains processus et ne pas du tout pouvoir apprendre avec d’autres ; il est donc très important de ne pas essayer d’inculquer à travers tout ce qui « marche » bien pour soi à un enfant. Par contre si un enfant a des difficultés pour apprendre, il faut pouvoir essayer de décoder avec lui ce qui va l’aider en s’appuyant sur des activités qu’il aime (jeu, sport, musique,…), en creusant là son mode de fonctionnement et en l’appliquant aux matières qui lui paraissent difficiles.

Un tout grand merci à Madame Claire qui m’a guidée sur les chemins de la gestion mentale et aux participantes qui m’ont fait découvrir les multiples facettes des processus d’apprentissage en direct.
Sophie Pinon
Maman de Brieuc, Aymeric, Xavier et Anouck.

Cette année j’ai suivi une formation « en gestion mentale » avec une dizaine de mamans de l’école, sous la houlette de Madame CLAIRE.
Je me suis inscrite à ces 3 demi-journées parce que le sujet m’intéressait et que je pensais pouvoir glaner des trucs et ficelles pour aider mes enfants et neveux à étudier.
Lors de cette formation, je me suis rendue compte que la « gestion » signifie aussi de comprendre comment notre cerveau fonctionne pour pouvoir en tirer le maximum avec le minimum d’effort. Les mots « visuel, auditif, verbal,… » ne sont plus aussi obscurs qu’auparavant.

Dans tous les cas, il faut retenir que ce qui marche pour nous ne fonctionne pas nécessairement avec nos enfants : ils peuvent avoir un autre fonctionnement, une autre approche d’un problème…

Et c’est bien de s’en rendre compte et de l’accepter : cela nous évitera peut-être des énervements inutiles lors de révisions et de devoirs.

A l’aide d’exercices (apprentissage d’une recette de cuisine ou d’un poème, calcul, orthographe,…) et par le biais de mise en projets, nous avons pu aborder une petite partie de cette manière de comprendre et favoriser l’apprentissage. Ensuite nous avons pu profiter de nos expériences mutuelles pour comparer nos méthodes d’apprentissage (et celles des enfants), et nous rendre compte, finalement, qu’il nous faudrait encore bien des rencontres pour continuer à « apprendre à apprendre ».
Merci beaucoup pour cette initiative qui se situe, je pense, dans la ligne de ce que l’école veut entretenir : le plaisir d’apprendre !

Sylvie Feuillat, maman de Marion Jaucot (5/6B) et de Christophe P1A

En tant que participante au petit séminaire de "Gestion mentale" animé par Claire Courbet, institutrice et agréée en la matière, je n’ai envie d'exprimer qu'enthousiasme et applaudissements... Encore!
Encore! Quelle tendre révolution!!! Claire Courbet a fait jaillir en moi le temps d'un instant ou l'autre, l'envie de tout recommencer au départ d'un banc de sa classe... Si, si! De reprendre mon petit cartable, mon petit plumier, mes petits cahiers et toutes mes petites affaires de petite écolière. Et çà, c'est presque miraculeux. C'est au moins merveilleux!
Et, l’on pourrait épiloguer à ce propos déjà pendant un certain temps, ce qui représente encore à mes yeux, une autre prouesse. Ensuite, elle nous a donné des pistes très concrètes pour accompagner avec "Allégresse" (et c’est très important ça pour moi, pour ne pas dire, capital!!) le cheminement scolaire et autres apprentissages de nos chéris.

En bref, Claire Courbet nous a donné une clé en Or qu'il convient de se souvenir et de se servir (parole de citoyen!)!

Et pour le dire en dialectique de gestion mentale: d'y être attentif, de l'évoquer et de la restituer et, surtout, de se mettre en projet! Et qu'en somme, avec de tels outils (de gestion mentale), nous pouvons tous faire fleurir nos grains de génie, et, le monde en a bien besoin!
Encore merci!

Béatrice Descy, maman de Raphaël Indot en P3

Ces cours ont été très bénéfiques pour moi-même d’une part et d’autre part, pour apporter une aide à mes enfants dans leur système de fonctionnement quant à leur apprentissage et leur méthode d’apprendre une matière nouvelle et la restituer ensuite.

Ces cours de gestion mentale sont également suivis par tous les enseignants du Collège (de manière plus approfondie), ce qui nous donne un aperçu dont la matière est enseignée à nos enfants.

Les cours ont été donnés de façon très structurée sur 3 périodes (de 4 heures) d’un point de vue théorique et pratique. Ils se sont passés dans une ambiance très agréable au sein du groupe de mamans très motivées. Nous nous sommes rendues compte de la pertinence de cette méthode et je pense que nous sommes toutes en attente d’une suite afin d’approfondir la matière. En tous les cas, en ce qui me concerne, j’espère qu’il y aura un suivi pour un affinage de la méthode dans la pratique.
Maryline Bétune-Henry, maman d’Antoine en P4.

Illustrations : « La gestion mentale » un autre regard, une autre écoute en pédagogie. » Chantal Evano, Editions Nathan pédagogie.

La langue française

Une nouvelle priorité a vu le jour dans notre école … la langue française !
Mais d'où peut bien venir cette idée ?

Nous nous sommes posés la question de l'immersion dans notre école. Et après mûre réflexion, et avis de spécialistes, nous avons décidé de mettre l'accent sur la base des apprentissages … notre langue, tout en gardant la seconde langue qui y a sa place aussi.

En effet, tout transite par le français : les mathématiques, l'éveil, les consignes, les interrogations, les bilans et autres examens … Bien souvent, c'est la question ou la référence qui pose problème … pas le raisonnement !

Facile à dire … mais comment transposer cet objectif louable dans la vie de tous les jours ?

Nous nous sommes fixés comme critère d'observation : la fancy-fair ou plus exactement NOTRE FÊTE D'ECOLE (2007) pour l'atteindre. Huit mois de travail pour arriver le jour "J" … Nous visions la communication orale.

Quelle joie de voir, d'entendre nos élèves s'exprimer ainsi … grâce à la préparation des enseignants. En plus de la qualité de ce qui a été présenté, on a pu sentir bien d'autres compétences … La gestion mentale pour mémoriser, les productions d'écrits pour composer, la présence face à un micro (qui fut parfois trop bas …) et face à ce public qui est là !

On peut dire que c'était une belle fête ! Moi, je dis que le travail de préparation a été de très bonne qualité ! Et que nous sommes sur le bon chemin pour permettre à la langue française d'être le moyen idéal pour transmettre, à son interlocuteur, ce que l'on a à dire ou à écrire. Mais, ce n'est qu'un début et nous progresserons avec tous les élèves de l'école.

Que vive le français au Collège St-Etienne !

Brison P.,directeur